DEMARCHE ARTISTIQUE

La création artistique fait face à une raréfaction des ressources financières et est lourdement conditionnée par les mécanismes d’octroi de subventions.
La démarche artistique de Sada Dao se veut être une réponse face à l’adversité. Fondamentalement positiviste, elle invite à la créativité et à la simplicité, permettant de fluidifier l’interaction avec l’autre et ainsi d’ouvrir un vaste champ de possibilité.


Pour Sada Dao, concevoir, réaliser et reproduire (le cas échéant) des projets d’art pour l’espace public, c’est avant toute chose définir des concepts, qui se doivent également d’être des outils (de médiation, de communication, d’implication des parties prenantes) qui engagent des processus de création, de diffusion et/ou d’installation particuliers.


Là où sont engagés les projets, une grande importance est portée à la dimension sociale des espaces, en tant qu’espaces de rencontres, et à leur dimension politique, dans le sens où les interactions sociales entre art / espace / public (spontané ou provoqué) définissent forcément le contenu des manifestations ou
des œuvres proposées, destinées à laisser des « traces », dans les espaces et dans les esprits.


Les projets sont toujours collaboratifs, le déterministe de l’artiste amenant les parties prenantes à engager volontairement leur temps, expertise et/ou argent autour d’une action dans laquelle ils sont amenés à croire.


Un intérêt particulier est également apporté à l’utilisation de matériaux locaux et de récupération, amenant ainsi ses travaux scénographiques à avoir une faible empreinte écologique et une puissante portée symbolique.

«Produire en Afrique, transformer en Afrique, et consommer en Afrique. Produisons ce dont nous avons besoin et consommons ce que nous produisons au lieu de l’importer. [...] C’est la seule façon de vivre libre et de vivre digne.»
[Extrait du discours prononcé en juillet 1987 à Addis-Abeba par Thomas Sankara]